Mon traumatisme crânien #jracontemalife

Un petit article perso pour aider les personnes qui ont vécu la même chose, les soutenir, les rassurer aussi…

Samedi 25 janvier 2020 je suis sur Paris avec mes 2 prof de capoeira. Nous sommes sur Paris pour un stage mais aussi et surtout pour une compétition de capoeira qui a lieu chaque année.

Je ne sais pas pourquoi mais j’ai toujours aimé les compétitions. Cela m’amuse. Bien que le stress me gagne souvent, je les fait pour m’amuser, pour profiter et voir mes progrès (en général c’est seulement là qu’on se filme et qu’on voit ses défauts!

Bref, le stage du matin se passe bien. Le gymnase est petit et froid mais l’ambiance est sympa.

On mange, et ensuite la compétition commence, les éliminatoires plus exactement.

Mon tour arrive, je joue avec un homme de ma catégorie. Il est moins gradé que moi donc j’y vais tranquille, j’essaye de m’appliquer. Je ressors de notre jeu (oui ça ne s’appelle pas un combat même si la capoeira est un art martial et non une danse) un peu déçue de ma prestation mais mes 2 prof et des amis me disent que j’ai bien joué.

Mon deuxième tour arrive. Je découvre que je tombe encore avec un homme, toujours moins gradé que moi mais assez brusque dans mes souvenirs…

On joue, je lui mets quelques petites piges, il est cool, prend bien les choses, essaye d’en placer aussi.

Puis là, je met un coup de pied et je le vois avancer vers moi. Je sais qu’il va tenter quelque chose mais je laisse faire, sauf que là je ne comprends pas ce qu’il se passe. Je sais que je vais tomber, que mes 2 pieds ne touchent plus le sol et je n’arrive pas à me rattraper à lui. En fait (je l’ai analysé en voyant notre jeu plus tard en vidéo) j’ai mis un coup de pied et il est venu me le coincer et attraper mon pied au sol et le tirer. Inévitablement je ne pouvais que tomber.

Je me dis donc « là c’est fichu ».

Je me retrouve allongée, je vois des gens autour de moi. On me pose les questions: « Tu as quel âge? », « Tu sais pourquoi tu es là? », « Tu sais que tu as dormi chez moi hier soir? », « On est quel jour? », « quel mois? »…

Je ne sais répondre à toutes ces questions et là je pleure de panique!

Où sont mes enfants? Que fais-je ici? Ou est mon homme? Que s’est-il passé?

Je suis tombée sur la tête. Pas de bien haut mais le sol du gymnase était très dur, ma tête a fortement cogné.

Deux nanas que je connaissais à peine m’ont tenus la main. Une d’elle m’a fait de la sophrologie et je crois que ça a bien marché car je me suis retrouvé dans mon coin de paradis, le même que j’avais utilisé pour l’hypnose pour préparer mon accouchement sans péridurale.

Cette amnésie a duré un peu plus d’une heure (de ce qu’on m’a dit) et je t’avoue que j’ai l’impression que ça a duré 2 minutes. J’ai donc oublié une grande partie. Je pense d’ailleurs que je ne m’en souviendrai jamais…

Je suis dans le camion des pompiers quand je me souviens que j’étais à une compétition de capoeira. Les souvenirs reviennent peu à peu.

On m’emmène aux urgence de Pompidou dans le 15ième arrondissement de Paris.

Je commence à ressentir des douleurs dans le cou, le bassin et la jambe droite. Les pompiers m’ont immobilisé, au cas où, donc je trouve atrocement de ne rien pouvoir bouger. Je meurt d’envie de rapprocher mes jambes à ma poitrine pour me soulager mais je n’y arrive pas.

Un capoeiriste est dans le camion des pompiers avec moi. Il est médecin. Je me souviens maintenant qu’il avait regardé mes pupilles avec la lampe de son téléphone. Il a été adorable et m’a accompagné jusqu’au bout, même encore…

On arrive aux urgences. Je suis prise en charge, on me pose des questions dont certaines où je ne sais toujours pas répondre.

J’attends encore et encore pour avoir un scanner, des radio et les résultats.

Je suis sur un brancard dans le couloir, puis un box, puis encore un couloir. Je n’arrivais pas à me reposer (je suis restée jusqu’à 1h30 du matin) car un toxico gémissait sans arrêt! J’avais envie de le trucider!

Ma tête ne faisait que tourner à chaque mouvements! J’ai été aux WC seule avec grande difficulté!

Le résultat tombe: pas d’hémorragie au scanner, je peux sortir! Juste surveiller quelques symptômes car j’ai quand même eu un traumatisme crânien.

traumatisme crânien

Je sors avec une ordonnance de doliprane… et c’est tout!

Le lendemain ma tête tourne c’est l’enfer! Je n’arrive pas à me lever! Je prends mon courage à 2 mains et je me force pour aller manger.

Entre temps j’ai pleuré de peur, encore une fois! Je suis stressée de ce qui m’arrive, de ce qui m’est arrivé, de cette peur d’avoir cru revenir de je ne sais où!

Je prends mon petit déjeuner avec la maman de la capoeiriste qui nous a accueilli. Je suis sonnée mais je prépare tranquillement ma valise. J’appelle un Uber et rejoint le gymnase pour voir la fin de la compétition. Bien évidemment je ne la continue pas, mon KO m’a disqualifié… Une grande déception pour moi…

Je me sens sonnée, à l’ouest mais j’arrive à tenir debout…

Je revois mon meilleur pote venu me faire un coucou…

Puis le temps est venu de rentrer sur Bordeaux.

Le trajet se passe bien, la nuit aussi…

Le lendemain, je me lève non sans vertige et m’occupe des enfants pour les déposer au boulot et aller au travail.

Un vertige me prend, je dis à Lapinou comment faire pour prévenir les pompiers si maman s’évanouie…

Le trajet en voiture est difficile.

Au boulot je suis à l’ouest, je marche lentement, j’ai du mal à me concentrer, à rester debout. Je me rends même compte que j’oublie des choses, même des mots… J’ai quand même prévenu mes collègues que j’avais eu un traumatisme crânien, au cas où…

Après un gros vertige et une grosse peur, je préviens mes collègues que je retourne aux urgences…

Aux urgences de Bordeaux on me fait des tests plus poussés: des tests d’équilibre, des analyses de sang, un scanner et je vois un ORL.

Ils pensaient que j’avais peut-être une hémorragie crânienne car ils trouvent que Paris a fait mon scanner trop tôt.

Je suis en pleure, je panique, j’ai envie de voir mes enfants. J’ai clairement peur de mourir bêtement à cause du sport!

Arrivée à 13h30 je ressorts à 21h30. Le scanner ne montre heureusement pas d’hémorragie. Les vertiges énormes sont sûrement dû aux cristaux cassés dans mon oreille interne. Les prochains seront des symptômes de mon traumatisme crânien.

Ces symptômes (vertiges, maux de tête, perte de mémoire) peuvent durer plusieurs mois.

J’ai donc été arrêtée 1 semaine et on m’a conseillé de revoir mon généraliste si ça ne passait pas.

Les syndromes ne passent pas, j’ai même de la tristesse quand je repense à mon choc.

Lundi j’ai donc revu mon généraliste. Celui-ci m’a dit qu’effectivement je n’avais pas eu un petit traumatisme crânien et que ça pouvait durer encore longtemps. J’ai donc été encore arrêtée 2 semaines de plus (au grand regret de ma chef vu son mail de réponse un peu froid).

Je me sens moins assommée mais aller à l’école à pied est comme un marathon pour moi. Cela m’épuise moralement plus que physiquement. A l’école j’ai essayé de ne croiser personne, je pensais m’évanouir à chaque instant tellement j’étais mal!

J’ai aussi des symptômes qui viennent d’apparaître: cou bloqué, douleur à la hanche (là où je suis tombé en 1er) si bien que je suis sous codéine.

Un traumatisme crânien ce n’est pas rien pour le cerveau. Après cela il faut qu’il se repose, qu’il ne force pas trop pour bien se « reconstruire ».

Avoir un traumatisme crânien ce n’est pas facile. Il y a les gens qui s’en foutent, les gens qui pensent que c’est bénin et ça fait un peu mal au cœur. Mais à côté de cela c’est aussi très dur pour nous de se sentir normal. On est à l’ouest, pas dans notre état normal. A l’école je ne dis pas bonjour à grand monde parce que j’en ai pas la force et parce que je n’ai pas envie de dire que OUI ça va alors que ça ne va pas du tout.

Niveau boulot c’est aussi dur pour moi. Je sens bien par sa dernière réponse que ma chef est blasée. Oui je mets mes collègues dans la merde mais croyez moi, j’aimerai vraiment pouvoir être au boulot.

Ma plus grosse crainte, après avoir eu la peur de ne pas revoir mes enfants, est de rester comme cela, dans cet état de « légume » encore longtemps.

Je vais en rester là pour aujourd’hui car j’ai beaucoup écris, je n’ai pas la force de me relire et croyez-moi, ce texte m’a épuisé.

Prenez soin de vous, la vie ne tient à pas grand chose…. ❤

Mots d’maman

Des infos scientifique sur le traumatisme crânien par ICI.

Retrouve ICI un autre article plus récent.

309 views

24 thoughts on “Mon traumatisme crânien #jracontemalife

  1. Oh, oui ce n’est pas rien. J’ai eu un TC a 8 mois, tombé de la table à langer…,perte de connaissance, arrêt respiration…

    Je suis tjr sujette à des pertes de mémoires et très étourdie quoi… Ca laisse quelques petits séquelles.

  2. Oh ma pauvre, je suis navrée pour toi. Et puis je suis vraiment déçue de la réaction de certains. Il y en a qui ne voient pas plus loin que le bout de leur nez, tellement accaparés par leurs propres soucis certainement… Le monde est égoïste et il faut prendre soin de soi par soi-même. Préserve-toi et prends soin de toi. Bisous

  3. Ohlala 🙁 c’est trop triste ça :… Je n’imagine même las peine ou la douleur, ça doit être vraiment dur de vivre ça .. J’espère que tu iras de mieux en mieux et que très vite, ce ne sera qu’un très mauvais souvenir <3

  4. Ne jamais prendre sa santé à la légère ! J’en ai fait les frais en ce début d’année . Tant que ton corps ne s’est pas remis tu as bien raison de rester au repos. 3 semaines dans une vie c’est pas grand chose au fond. Faut se laisser le temps. Pour ce qui est du boulot j’ai envie de te dire … tu t’en fou ! La santé et la famille avant tout. Le reste fait partie de ta vie mais n’est pas ta vie… et si en ce moment ils ne sont pas bienveillants avec toi c’est que tu n’as aucune raison de culpabiliser !

  5. Kikou, voilà pourquoi, j ai arrêté la capoeira pas que je n aimais plus mais j ai eu peur aussi après une chute
    … Coragem 🙂

    1. Merci à toi! Mince, moi je n’avais pas spécialement peur avant, tomber ça fait parti de la capoeira, mais mal tomber c’est pas top! LOL

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.